Accueil   |  Actualité  |  Tibet actuel  |  Histoire et Vérité  |  Profil du Tibet  |  Documents  |  Le XIVe Dalai-lama  |  Vidéo  |  Photo
 
 
Au G20, la sagesse chinoise sera utile à la gouvernance mondiale
    temps:2016-08-11 source:China.org.cn auteur:    

Le G20 est un mécanisme de coordination et de consultation multilatéral, qui vise à obtenir des résultats tangibles, en évitant la rhétorique non suivie d'actions de l'époque du G7. Pour cela, les participants doivent non seulement fournir des efforts sincères, ils doivent également garder leurs différences sous contrôle, chercher un terrain d'entente, se concentrer sur la situation globale, faire preuve de pragmatisme et de sagesse.

Il y a 20 ans, au moment de la création du prédécesseur du G20, le G7, la Chine était encore maintenue à l'écart de l'Organisation mondiale du commerce. Aujourd'hui, le pays préside le G20, joue un rôle de premier plan dans la gouvernance économique et dans la reconstruction de l'ordre mondial. L'accession à un tel statut international n'est pas le fruit du hasard, mais bien le résultat de l'intégration croissante de la Chine avec sa réforme et son ouverture à la communauté internationale. Sa participation à la gouvernance mondiale est le résultat inévitable de ses contributions continues au développement international.

En tant que présidente et hôte du Sommet du G20, quels rôles particuliers la Chine peut-elle jouer ?

1. La Chine va devenir la représentante et le pont des pays en développement dans la gouvernance mondiale 

Bien qu'il représente 90 % du commerce mondial et 80 % de l'économie mondiale, le G20 n'est pas un « club de riches ». Sa mission est de coordonner les politiques nationales et orienter les tendances de l'économie pour assurer une situation gagnant-gagnant à tous les pays.

La Chine est la deuxième économie du monde, l'un des pays du groupe BRIC, et le plus grand pays en développement du monde. Cette triple identité fait que la Chine peut apporter des réponses à des pays qui en sont à différents stades de leur développement face à leurs opportunités et défis. Elle a une compréhension plus profonde des problèmes et des difficultés, et peut assurer un rôle de liaison dans le processus de la gouvernance mondiale.

2. Les décennies de croissance rapide de la Chine fournissent des expériences bénéfiques au reste du monde 

Depuis les années 1980, avec la mise en œuvre de la politique de réforme et d'ouverture, la Chine a connu trois décennies de développement continu et rapide. En termes de PIB, elle est passée du dixième au deuxième rang mondial, et a résolu le risque de manque de nourriture et de vêtements de 1,3 milliard de personnes. Après la crise économique mondiale en 2008, l'économie chinoise a continué son essor, et est devenue un véritable pilier de l'économie mondiale en faisant d'énormes contributions. Bien sûr, ce processus de développement rapide a été accompagné de problèmes comme la pollution de l'environnement, un déséquilibre structurel, ou encore une capacité excédentaire de production. Pour répondre à ces problèmes, la Chine peut se pencher sur l'expérience des pays développés et apporter ses propres ajustements pratiques. En parallèle, l'expérience de la Chine peut fournir des enseignements utiles aux pays en développement.

3. La stratégie de développement de la Chine fournit un appui solide à la gouvernance mondiale 

Avec le développement économique et le renforcement de la puissance nationale, la Chine a accéléré sa participation à la communauté internationale, tout en assumant de plus en plus les responsabilités qui lui incombent en raison de sa puissance.

Depuis 2008, la Chine a accueilli successivement plusieurs grands événements internationaux : les Jeux olympiques de Beijing, l'Exposition universelle de Shanghai, la Conférence mondiale de l'Internet, etc. La stratégie nationale insiste de plus en plus sur la coordination et la coopération internationales. Par exemple, avec son initiative des Nouvelles Routes de la soie, le président chinois Xi Jinping a lancé un nouveau corridor économique en Asie, en Afrique et en Europe, une décision qui s'inscrit étroitement dans l'objectif du G20 de « rechercher la coopération et promouvoir le développement ». Conformément aux prédictions du FMI, la mise en œuvre de cette initiative amènera la contribution de la Chine à la croissance économique mondiale à hauteur de 30 % à 40 % du total.

On retrouve des stratégies similaires dans l'établissement de la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures (AIIB), et dans les objectifs mis en avant lors de la cinquième session plénière du 18e Comité central du PCC : innovation, coordination, développement vert, ouverture et partage. Tous ces éléments complètent les objectifs de la gouvernance mondiale du G20.

4. La Chine contribue avec sa sagesse aux solutions de la gouvernance mondiale 

Le G20, en tant que mécanisme multilatéral de coordination et de consultation, implique les domaines de la politique, de la défense, du commerce, de la sécurité, de l'énergie et autres. Il vise à obtenir des résultats tangibles, en évitant la rhétorique non suivie d'actions de l'époque du G7. Pour cela, les participants doivent non seulement fournir des efforts sincères, ils doivent également garder leurs différences sous contrôle, chercher un terrain d'entente, se concentrer sur la situation globale, faire preuve de pragmatisme et de sagesse.

Le thème du Sommet de Hangzhou est « Vers une économie mondiale novatrice, revigorée, interconnectée et inclusive ». Pour faciliter les discussions pragmatiques, le Sommet du G20 a défini quatre grands sujets prioritaires : forger une nouvelle voie pour la croissance, une gouvernance économique et financière mondiale plus concrète et efficace, un commerce et des investissements internationaux robustes, et un développement inclusif et interconnecté. Ceci incarne la manière chinoise d'aller droit au but.

Chaque année, avant le sommet du G20, de nombreuses réunions de coordination ont lieu, pour les ministres des Finances et gouverneurs des banques centrales, pour les ministres de chaque domaine concerné, et pour les divers groupes de travail. Cette année, la Chine a organisé, en plus de ces réunions, un T20 (pour les think tanks des pays du G20), un Y20 (pour les organisations de la jeunesse), un W20 (pour les groupes représentant les droits des femmes), un B20 (pour les entrepreneurs), et d'autres grandes activités de soutien de divers domaines, sous des angles divers, afin d'ouvrir la voie au Sommet et mettre en route la formation de consensus.

Dans trois semaines, le Sommet du G20 sera officiellement inauguré à Hangzhou. Le célèbre lac de l'Ouest accueillera plus de 30 chefs d'Etat du monde entier. Ce « paradis » qui a fait la réputation de Hangzhou présentera au monde un G20 fructueux. Nous n'avons plus qu'à attendre de voir ses résultats.

 
 Articles connexes:
Les droits de l'homme du Tibet-- France
Photo
法语翻译:
Vidéo
·Voie ferrée Qinghai-Tibet
·Le Tibet
·« Indépendantistes tibétains » à l'étranger e...
Je recommande
·Le Tibet tient des exercices en cas de détournement
·Une délégation tibétaine de l'APN de Chine effec...
·Chine : ouverture d'un réseau électrique reliant ...
 
 

La Recherche des droits de l'homme de la Chine
frtibet328@yahoo.cn
Société à responsabilité limitée de propagation du Wu Zhou