Accueil   |  Actualité  |  Tibet actuel  |  Histoire et Vérité  |  Profil du Tibet  |  Documents  |  Le XIVe Dalai-lama  |  Vidéo  |  Photo
 
 
Le tibet peut'il prétendre être devenu un état indépendant après la révolution de 1911 ?(1)
    temps:2009-07-01 source:tibet328.cn auteur:    

 

La Chine dispose d'une riche documentation historique, plus que suffisante pour démontrer que depuis les temps anciens, te Tibet fait partie intégrante de son territoire. et que les Tibétains qui vivent sur le plateau du Qinghai - Tibet sont membres de la nation chinoise. Pour peu qu' ils respectent l'objéctivite et l'équité, la plupart des pays, au sein de la communauté internationale, sont arrives a un consensusé ou sont près d'y parvenir, au sujet de cedossier. II est cependant nécessaire d'approfondir la question. La raison en est que le patrimoine historique de la Chine recèle tant de richesses qu’ il est impossible d'en comaitre àfond un élément, quelconque sans avoir efféctue au préalable des recherches méticuleuses. Les relations entre la region du Tibet et le gouvernement central apres la Révolution de 1911, constituent un ialon historique essentiel qui merite la plus grande attention.

 

 

( L'Obélisque à l'Alliance Tang-Tubo. Erigé en 823 pour commemorer la conclusion de l'alllance entre la dynastle des Tang et le rol Tubo, II se dresse sur la place du Monastere Jokhang.)

Un examen de ce jalon particulier permettra d' en savoir davantage sur les réalités de l' histoire contemporaine et moderne du Tibet. Le présent exposé a été rédigé dans le but de fournir à ceux qui le liront un bref apercu de l' histoire des relations entre la région du Tibet et les gouvernements centraux qui se sont succédé en Chine après la Revolution de 1911. Ses coauteurs sont convaincusqu’apres l’avoir lu. les lecteurs seront en mesure de porter en toute indêpendance un jugement logique sur la vraisemblance de r assertion selon laquelle après 1911, " le Tibet s’est separe de la Chine pour devenir un Etat independant".

Comme chacun sait, dès le Vllême siècle, sous la dynastie des Tang, les populations tibétaine et nan établirent des liens étroits dans tous les domaines, notamment politique, économique et culture!, par le truchement d’ unions matrimoniales royales et de conferences reunissant leurs souverains ou leurs émissaires, en vue de former des alliances qui allaient Jeter les fondements de L’établissement ulterieur d’une Chine unifiee.

Au milieu du Xlllème siècle, le Tibet fut formellement incorporé au territoire de la dynastie des Yuan. L’empereur des Yuan, Kubilai Khan, conféra à la secte bouddhiste Sakya le droit d’administrer la région du Tibet. A cet effet fut créé le Zong Zhi Yuan (Conseil général), qui fut rebaptisé en 1288 Xuan Zheng Yuan (Conseil politique). C'était l'équivalent de la Commission du gouvernement central pour les Affaires bouddhistes et tibétaines. Le gouvernement des Yuan instaura le système du précepteur impérial, conféra des titres à des chefs politiques et religieux, délimita les circonscriptions administratives, nomma les dignitaires locaux, procéda à un recensement, établit un régime de redevances et d' impōts et mit sur pied dans la région du Tibet treize brigades dont les commandants devaient être désignés directement par la cour des Yuan Le gouvernement central établit également, pour le Tibet proprement dit et d' autres regions habitées par des Tibétains, trois Bureaux de Commissaires à la Pacification qui se virent confier le commandement des troupes de garnison et l' administration des treize brigades.

Vers la fin du XlVeme siècle, sous la dynastie" des Ming, le gouvernement central assura la continuité du régime mis en place au Tibet par la dynastie des Yuan. II appliqua une politique consistant à" administrer le Tibet conformément aux conventions et aux coutumes. à conférer davantage de titres et à fonder davantage d' organes administratifs", et c' est ainsi que les liens entre le Tibet et l'autorite centrale furent consolidés et renforcés.

 

A partir du XVIIème siècle, sous la dynastie des Qing, le gouvernement central renforca encore son administration au Tibet. En 1721, le système des Kalon (ministres du Conseil administratif du gouvernement local) fut mis en vigueur pour g6rer les affaires administratives. En 1727, le poste d' Amban (Grand Ministre Resident) fut instauré au Tibet. En 1792, le gouvernement central des Qing promulgua l' " Ordonnance impériale pour une Administration plus efficace du Tibet". Cet édit en vingt - neuf articles comportait une serie de reglements concrets et préciselatifs a la réincarnation des Bouddhas vivants ainsi qu' à la gestion des affaires administratives, financières, militaires et extérieures de la région du Tibet. Sa promulgation marqua l' institutionnalisation et la codification sous forme de lois de l'administration de la region du Tibet par l' autorité centrale des Qing.

( Les statues de Songtsen Gampo et de la prlncesse Wen Cheng au Monastere Jokhang à Lhasa. Les noces du roi du Tibet, Tubo Tsampo, et de la prlncesse Wen Cheng de la dynastie des Tang en 641, contribuerent a resserrer les liens economiques et culturels entre le Tibet et les Tang, et jeterent les fondements de rétablissement ultérieur d’une Chine unifiée.)

Vers la fin de la dynastie des Qing, la Grande-Bretagne lanca deux agressions armées contre le Tibet, et le gouvernement chinois fut contraint de signer des traités inégaux concemant la region. Au lendemain de la Révolution de 1911, la Chine fut plongée dans le chao sur le plan politique. Dans le but d’arracher la Chine le Tibet pour en faire une dependance du gouvernement britannique de l'Inde, la Grande - Bretagne recourut à toutes sortes d’ actes d’agression. Du fait des provocations britanniques, les relations entre la région du Tibet et le gouvernement central de la Chine furent quelque peu anormales à l'époque de la République de Chine. Profitant d' une telle situation, qui se prolongea un certain temps, les impérialistes britanniques se sont evertues a demembrer la Chine et tènterent de s’emparer du Tibet. Mais leur complot fit fiasco. II se heurta à l' opposition d' une majorité de Chinois, y compris de la plupart des personnalités des couches supérieures du Tibet. A l'époque, le Tibetn’ a jamais été officiellement reconnu sur le plan diplomatique en tant qu’ "Etat indépendant" par aucun pays du monde (et pas méme par les fomentateurs du complot). De son côté, la region du Tibetn’ a jamais conteste la souveraineté du gouvernement central, elle ne s' est jamais détachée de la juridiction de celui - ci pour acquérir une soi - disant "indépendance".

 
 Articles connexes:
Les droits de l'homme du Tibet-- France
Photo
Vidéo
·Beaucoup de nouvelles écoles fondées au Tibet
·Le régime théocratique qui régit la société ti...
·New York : exposition de photos sur le Tibet
Je recommande
·Les représentants du Tibet et du Xinjiang à la CC...
·Le Parlement européen se penche plutôt sur la coo...
·Chine: le discours du dalaï lama expose son intent...
 
 

La Recherche des droits de l'homme de la Chine
frtibet328@yahoo.cn
Entreprise Technologique et informatique Wu Zhou Fan Hua, Tous droits réservés