Accueil   |  Actualité  |  Tibet actuel  |  Histoire et Vérité  |  Profil du Tibet  |  Documents  |  Le XIVe Dalai-lama  |  Vidéo  |  Photo
 
 
Le tibet peut'il prétendre être devenu un état indépendant après la révolution de 1911 ?(3)
    temps:2009-07-02 source:tibet328.cn auteur:    

 

II. L'attitude adoptée par la région tibétaine à l' égard du gouvernement central après la Révolution de 1911

Le Dalai Lama et le Panchen Erdeni etaient les deux Grands Bouddhas Vivants les plus influents au Tibet, ainsi que des leaders politiques et religieux qui controlaient le pouvoir politique et religieux dans la région. Par conséquent, il est tres important de connaītre L’ attitude qu’ ils ont prise à l'égard des relations entre la région tibetaine et le gouvernement central.

 

1. L'attitude du XIlie Dalai Lama

Le Xllle Dalai Lama vouait une haine implacable aux Anglais et aux autres forces d'agression étrangères, qui s' étaient immisces dans les affaires du Tibet en profitant du déclin progressif du pouvoir politique à la fin de la dynastie des Qing. En 1904, il appela le peuple tibétain à prendre les armes et lutter contre l' invasion britarmique. Par la suite, du fait des erreurs commises par le Ministre Résident des Qing au Tibet, ainsi que des tentatives, tantot d'intimidation, tantot de seduction, auxquelles eurent recours les Anglais, le Dalai Lama hésita un moment et publia certaines remarques contraires aux faits historiques.

En 1919, le gouvernement central de la République désigna deux envoyes extraordinaires, Zhu Xiu et Li Zhonglian. pour qu' ils se rendent au Tibet et rencontrent le Dalai Lama et le Panchen Erdeni, afin de leur expliquer la politique du gouvernement central vis-à-vis de la région, d' éliminer d' anciens effets pernicieux, éclaircir des doutes, et servir de médiateur entre les deux parties. Grace à leurs efforts, les personnalités de haut rang du Tibet purent connaitre la vérité, et dissiper leurs doutes et leurs craintes, entrainant un changement d' attitude radicale du Dalai Lama à l' égard des autorites centrales. Avant le départ de Lhasa de Li Zhonglian et de Zhu Xiu, le Dalai Lama offrit un grand banquet d' adieu en leur honneur. Au cours du banquet, il leur déclara qu' il n' était pas réellement pro-britannique. Ce qu' il avait fait etait dû à la pression excessive de Penvoye impérial. II etait tres reconnaissant de la presente visite au Tibet des envoyes du gouvernement de la République. Son seul espoir était que le président puisse envoyer immédiatement unrépresentant plenipotentiaire résoudre les affaires en suspens. Le Dalai Lama jura que sa loyaute allait vers l'intérieur et qu' il ferait tous ses efforts pour assurer le bien - etre comrrun descinq nationalites. Quant au projet d' "Accords de Simla", il pourrait lui aussi étre amendé. Peu avant l' arrivée de Zhu Xiu et de Li Zhonglian au Tibet, le Dalai Lama avait également envoyé les Khenpo des trois grands monastères en mission à Beijing. IIs furent bien accueillis par le gouvernement central. En 1924, le Dalai Lama envoya encore une fois le Khenpo Kunchok Jungnas a Beijing comrne représentant general du Bureau du Tibet a Beijing ( ainsi que comme hierarque du temple lama'fste de Yonghegong). Celui-ci effectua un travail considérable pour entretenir les bonnes relations entre le Tibet et le gouvernement central. En 1927, le Dalai Lama envoya à Nanjing le Khenpo Lozang venu du Mont Wutai. pour étre recu en audience par Chiang Kaishek afin de s' entretenir directement avec lui des affaires du Tibet. Le Khenpo fut bien accueilli par Chiang Kai-shek qui lui demanda de transmettre une lettre au Dalai Lama. II était dit dans cette lettre:" Votre Saintete vient d' envoyer son représentant Lozang Pasang à Nanjing  pour faire connaitre sa position sur toutes les affaires relatives au Tibet.  J’ admire Votre Saintete qui se place haut et voit loin, et a décidé de tendre de tout son coeur vers le Parti et l' Etat. Regardant au loin vers les frontieres de l' Extrême-Ouest, je suis grandement soulage et rassure.." La lettre continuait en ces termes:" Ü-Tsang( le Tibet oriental et occidental) est entouré de puissants voisins. II est opprimé depuis longtemps par les impérialistes. Heureusement, votre Sainteté a le sens de la justice et s'incline vers l'intérieur avec de profondes affections." Ensuite, le Dalai Lama envoya unenouvelle fois Kunchok Jungnas et d' autres personnalités rendre visite à Yan Xi-shan, president de la Commission pour les Affaires mongoles et tibétaines. L' envoyé du Dalai Lama dit à ce dernier qu' il avait recuune lettre de son mattre, le chargeant de déclarer trois choses: a) le Dalai Lama n’ avait pas conclu d' alliance avec la Grande-Bretagne. Les relations qu' il entretenait avec les Anglais n' étaient dues qu' à la contiguité géographique; b) le Dalai Lama était soupconne d'avoir de la haine contre les Han. Ces allégations relevaient de la désinformation.  Le Xllle Dalai Lama n'avait pas cessé d' envoyer des représentants à l' intérieur de la Chine; c) le Dalai Lama et le Panchen Erdeni ont toujours eu de bons sentiments l' un vers l' autre. Le malentendu entre eux n' était pas imputable au Dalai Lama, etc. Le 3 septembre 1929, Kunchod Jungnas et les autres personnalités se rendirent à la Commission pour les Affaires! mongoles et tibétaines, en vue de faire un rapport sur les affaires du Tibet et réitérer la déclaration du Dalai Lama. Le 10 septembre, le président Chiang Kai - shek recut Kunchok Jungnas et sa suite. Au cours de cette rencontre, Kunchok Jungnas transmit la déclaraiiun du Dalai Lama à Chiang Kai- shek. Celle-ci etait rédigée en ces termes:" Non à une alliance avec la Grande Bretagne, oui au gouvemement central et bienvenue au Panchen Lama pour son retour au Tibet." A partir de ce moment-là, les autorites locales tibétaines exprimerent plusieurs fois leur désir de traiter sincèrement avec le gouvemement central: toutes les affaires administrates, militaires et etrangeres du Tibet seraient gerees par celui-ci ; un ministre resident serait nomme au Tibet; quant au projet de la résolution des " Accords de Simla". le Dalai Lama pourrait déclarer à l' avenir qu' il serait revu par le gouvemement central, etc. En 1930, le Dalai Lama donna son accord à l' éablissement de Bureaux du Tibet a Nanjing, Beijing et Xikang(Khams). La même année, le Dalai Lama rencontra l' envoyé extraordinaire du gouvemement central Liu Manqing à Norbulingka, à Lhasa, et lui fit part de ses aspirations:" Je souhaite de tout coeur voir la Chine réaliser une unité pacifique digne de ce nom..." En ce qui concerne l’ incident de Xikang, il demanda au gouvemement central de ne pas recourir a la force et ne pas envoyer des soldats qui ne feraient que tyrarmiser sans pitie et accrottre les souffrances de notre population tibétaine acet endroit. II serait préférable d'envoyer un fonctionnnaire honnàte et intégre prendre possession des territoires concernés. Je pourrais ordonner à mes troupes de s' en retirer à tout moment. Depuis toujours. ils font partie du territoire chinois. II est inutile de distinguer les miens et les votres. Mais si la confrontation armée continue, je ne pourrais arrèter le conflit, parce que les troupes tibétaines sont connues pour leur bravoure. Qui plus est, une querelle entre freres est extrèmement dommageable." Le Dalai Lama ajouta:" La Grande Bretagne a essaye de me séduire, mais je sais que la souverainete de mon pays ne peut être concédée. De plus la nature et les coutumes des Anglais sont entièrement différentes des notres et nòus sont insupportables. Je leur accorde des politesses sans sincerite lorsqu’ ils viennent, mais je ne leur ai jamais donne le moindre droit. Si les relations intérieures sont consolidées, le probleme du Xikang(Khams) ne sera pas difficile à resoudre au cours de banquets. " II pria plusieurs fois Madame Liu de transmettre sa lettre à Chiang Kai - shek et de consigner par écrit ce qu' il avait dit après son retour dans sa residence afin de ne pas l’ oublier. A partir de ce moment - là, les relations entre le Tibet et le gouvemement central entrèrent dans une phase de normalisation.

 

 

(°Une élégle composée en l'honneur du Mausolée du Dr. Sun Yat-sen a Nanjing, en juln 1929 par le IXe Panchen.)

 

 

(L' oraison funèbre de Lin Sen, président du gouvemement nationaliste, devant le tombeau du IXe Panchen.)

 

 
 Articles connexes:
Les droits de l'homme du Tibet-- France
Photo
Vidéo
·Beaucoup de nouvelles écoles fondées au Tibet
·Le régime théocratique qui régit la société ti...
·New York : exposition de photos sur le Tibet
Je recommande
·Les représentants du Tibet et du Xinjiang à la CC...
·Le Parlement européen se penche plutôt sur la coo...
·Chine: le discours du dalaï lama expose son intent...
 
 

La Recherche des droits de l'homme de la Chine
frtibet328@yahoo.cn
Entreprise Technologique et informatique Wu Zhou Fan Hua, Tous droits réservés